Thionville : halte à la propagande, halte au communautarisme

 

Thionville : halte à la propagande, halte au communautarisme

 

lobotomie

 

Les rues de Thionville deviennent depuis plusieurs semaines de véritables zones d'endoctrinement, d'atteintes à l'intelligence et aux bonnes mœurs :

  • avant hier des affiches de propagande antiraciste d'associations faisant extrêmement polémique tapissaient nos abris de bus et panneaux publicitaires afin de culpabiliser et abrutir (comme le veut la bonne vieille technique antiraciste) le peuple français ;

  • hier notre maire (le socialiste Pierre Cuny) participait à un « speed dating interculturel » (amis de la francophonie et de l'identité française bonjour), invité par une association idéologique et multiculturaliste, association dont il faisait même la promotion en conseil municipal (soutenant son allié socialiste Brigitte Vaïsse) alors qu'il était légitimement pris à parti par un élu s'inquiétant de certaines dérives communautaristes à propos de cette association, notamment une potentielle complaisance à l'égard de l'islamisme ; 

  • en ce moment même des affiches de promotion de l'idéologie LGBT (sous couvert de lutte pour la prévention, en petits caractères illisibles derrière une photo et des slogans scandaleux écrits en énorme) pullulent partout en ville, mettant sous le nez des enfants des photos plus que suggestives et des slogans explicitement sexuels.

Les Thionvillois ne payent pas des impôts astronomiques pour se voir mettre sous les yeux de telles affiches ni pour se voir imposer une telle politique. Nous leur proposons de faire connaître leur juste colère en appelant la mairie.

 

Arrêtons de plumer les Français

hausse impôts 

 

Les avis d'imposition arrivent et les Thionvillois, de plus en plus nombreux à connaître une situation financière difficile, ne peuvent que constater la hausse des impôts aussi brutale que scandaleuse (20% d'un coup) décidée par la majorité municipale il y a un an.

La politique française au niveau local et nationale consiste à écraser fiscalement les Français tout en augmentant la dette, en détériorant les services publics et l'économie locale. La gestion frontiste consiste à faire exactement le contraire, comme les maires FN l'ont prouvé partout.

Pour rappel, voici le communiqué que nous publiions voici un an :

 

 

Thionville, le 27 novembre 2015

Communiqué de Hervé Hoff

Responsable du Front national à Thionville - ancien candidat à la mairie de Thionville

Hausse des impôts à Thionville, triste conséquence d'une absence de stratégie

Notre maire Anne Grommerch a annoncé lors du dernier conseil municipal une énième hausse des impôts locaux, démontrant une nouvelle fois d'une part le non-respect de ses promesses, d'autre part l'incapacité de l'équipe municipale à gérer correctement grâce à une vision claire, à long terme, et pragmatique.

Lors de ses interventions au Conseil municipal comme lors de ses campagnes électorales à Thionville, le Front national avait indiqué que les dotations de l'Etat allaient fortement baisser (7 millions d'euros), que la dette de la ville était colossale (40% supérieure aux villes de taille équivalente) et qu'il devenait par conséquent indispensable d'engager un véritable plan de désendettement.

Il est donc capital de budgéter cette baisse de dépenses et d'agir en conséquence : traquer les dépenses inutiles, diminuer les dépenses de fonctionnement, remettre les finances de la ville sur une voie vertueuse afin de dégager des marges financières et libérer notre ville du poids insupportable de la dette. Pour ce faire, loin des vœux pieux et des promesses démagogiques, nous avions proposé des mesures de bon sens respectueuses d'une saine gestion:

- Refus de l'application des rythmes scolaires, dont le prix s'élève à 1,2 millions d'euros pour la ville ;

- mutation du 3e lieu, dont la décision a été une folie financière qui n'aurait jamais dû voir le jour, mais dont la destruction serait, maintenant que les travaux ont avancé, tout aussi chère : nous voulons donc le faire passer de projet idéologique, inutile et coûteux (6,5 millions d'euros de fonctionnement une fois achevé) à un projet ambitieux au service de l'économie locale, donc des finances locales, en en faisant une vitrine pour nos commerçants et artisans ;

- refus de toute subvention aux associations et projets politisées, communautaristes, vivant uniquement des deniers publics ou dont les activités ne sont pas essentielles au bien-être des habitants ;

- audit général des projets subventionnés selon des critères financiers et qualitatif ; revoir totalement le budget communication de la ville ;

- faire scrupuleusement respecter les règles de la concurrence dans l'attribution des marchés publics, en faisant travailler, lorsque cela est possible, les entreprises locales ;

- non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux lors des départs à la retraite.

La gestion de notre ville doit retrouver une vision, un cap, une cohérence qui seuls permettent de se donner les moyens d'une politique ambitieuse : en supprimant les dépenses inutiles, en arrêtant les projets grotesques et pharaoniques, en diminuant le fonctionnement au profit de l'investissement, en gérant et budgétant rigoureusement (sans systématiquement se reposer sur le contribuable vu comme une vache à lait), on ralentit la hausse vertigineuse de la dette, puis on la fait diminuer tout en garantissant un service public de qualité et un climat favorable aux entreprises, engageant ainsi la ville et ses finances sur un chemin vertueux.

Gauche comme droite ne savent que gérer la pénurie, jouant uniquement sur une augmentation de la dette ou des impôts, là où le FN propose de revoir de fond en comble la politique menée afin qu'elle soit pérenne et équilibrée : preuve de sa volonté et de son efficacité, partout où le FN gère et a géré des villes, celles-ci voient leurs impôts baisser, leur dette diminuer et leur gestion saluée.

 

Collage du 3 novembre dans le thionvillois

3 novembre 2016

 

Ces derniers jours les militants du FN étaient sur le terrain à Thionville, Veymerange et Hettange afin de coller les affiches mouvement, distribuer des tracts et défendre notre message.

 

031120161728031120161727

 

 

Le militant étranger Tahar Ben Jelloun insulte le patriotisme francais : si celui-ci ne lui convient pas, les portes sont ouvertes !

 

Le militant étranger Tahar Ben Jelloun insulte le patriotisme francais : si celui-ci ne lui convient pas, les portes sont ouvertes !

Communiqué du FN Thionville

 

Nous apprenons par voie de presse que le militant Tahar Ben Jelloun, qui s'était déjà fait remarqué il y a quelques années pour avoir participé à la campagne de censure contre le grand écrivain français Richard Millet (tant qu'on n'est pas dans la ligne politique de ces gens là, on ne mérite que mépris et exclusion), et a dernièrement parrainé l'événement célébrant la disparition de la culture française et européenne sur le sol français, a insulté le Front national et ce qu'il représente (RL du 15 octobre 2016). Il aurait ainsi déclaré : « Le Front national ? Il n’y a rien dedans. Leurs chiffres sont bidons. Ils jouent sur les peurs et l’ignorance, alors laissez-le dans son coin. »

Le peuple français n'a pas à subir le mépris de militants étrangers, tels messieurs Ben Jelloun ou Nekkaz, venant sur notre sol faire de la politique. Au lieu de venir regarder la paille dans l'oeil de leur voisin, ils feraient mieux de regarder la poutre qui est dans le leur.

Alors que tous les événements récents frappant la France et l'Europe (submersion migratoire, insécurité, attentats, faillite de l'Etat) avaient été prévus par un FN que tout le monde prenait alors de haut, ces gens feraient mieux de se faire petit, de ravaler leur fierté et de reconnaître la justesse de nos analyses.

 

Le FN Thionville s'oppose à la fusion des intercommunalités du Nord mosellan

 
Le FN Thionville s'oppose à la fusion des intercommunalités du Nord mosellan
 
Communiqué de presse
 
Nous apprenons par voie de presse (même si ce projet est depuis longtemps dans les cartons) la volonté des responsables politiques de Moselle Nord de fusionner les intercommunalités du secteur.
 
Nous nous opposons farouchement à ce projet extrêmement nuisible pour plusieurs raisons :
 
- les intercommunalités, dont la raison d'être (ou le prétexte donné) était de faire des économies, ont montré leurs limites puisqu'elles sont en réalité de véritables sources de gabegies;
 
- ces intercommunalités, et de surcroît leur fusion, éloigne de plus en plus le pouvoir du peuple, alors même que l'échelon de la commune et du maire était jusque là celui dans lequel le citoyen avait confiance car il pouvait peser de manière très directe. A cause de ces projets de fusion dans tous les sens le citoyen sera éloigné du pouvoir, la commune n'aura plus aucune compétences, celles-ci seront reléguées à l'intercommunalité pour laquelle personne n'aura voté de programme et sur laquelle ainsi personne ne pourra peser. Cela pose un grave problème démocratique;
 
- les intercommunalités sont pensées de manière très politique et ne respectent aucunement l'histoire, l'économie, le temps long. Nous pouvons être certains que va nous être concocté un nom totalement déraciné (type Grand Est ou Haut de France), là où les communes puisaient leur nom et leurs frontières dans l'Histoire et la culture. Mais que demander à des gens à qui la France, le terroir, l'identité parlent si peu?
 
Le modèle en vogue ces derniers temps est le gigantisme : méga-Etat (Union européenne), méga-Région (Grand Est), méga-cité (intercommunalité). L'heure est au déracinement général, à l'éloignement du pouvoir, à la gabegie, à la crise démocratique. Ce modèle n'a aucunement montré son efficacité. C'est pourquoi le FN, dans sa grande sagesse et son souci de l'équilibre, prône le modèle commune - département - Etat, afin de s'appuyer sur ce qui marche, s'enraciner dans l'Histoire et ne pas dilapider l'argent du contribuable.