Lettre d'information numéro 4

banniere-FNT

 

Lettre d'information numéro 4 - 2ème trimestre 2016

Lien pour la lettre au format PDF

 

Oligarchie et France des oubliés : une réalité mosellane

 

L'édito d'Hervé Hoff, conseiller régional, responsable FN Thionville et 9e circonscription de Moselle

Herve-HoffNotre territoire connaît depuis plusieurs années une bien mauvaise passe, tant sur le plan économique que social. Les choses se sont accélérées ces dernières semaines (fermeture de Akers, menaces sur Arcelor et Tata) avec en plus la dégradation du climat politique : la pseudo droite mosellane va de plus en plus mal, enchaîne les déceptions, les échecs et les trahisons (cartographie ci-dessous). Vous trouverez sur notre site internet les réactions du FN pays thionvillois à chacune de ces problématiques.

Si notre région va mal, la France aussi : pour arracher notre pays à sa décadence, le Front National incarne un espoir, une volonté mise au service du peuple français afin qu'il retrouve sa grandeur, ses libertés, son identité et son ordre social. Ensemble, avec Florian Philippot et Marine le Pen, travaillons à un renouveau mosellan et français !

pieuvre ump udi 2

 

Immigration: notre réaction

Insécurité: nos réactions ICI, ICI et ICI

Désertification du centre-ville: notre réaction ICI 

Hausse des impôts: notre réaction ICI

Terra Lorraine: article ICI et notre réaction ICI

 

 

Insécurité, désindustrialisation, identité: le Nord-mosellan à l'abandon ?

 

photo campement terville 2

Campement sauvage sur le parking d'une ancienne enseigne sportive à Terville

 

«Il faut mettre le doigt sur un problème de plus en plus insupportable: l'installation massive des populations roms et l'accroissement de la délinquance liée aux réseaux nomades» Marine le Pen

 

 Plusieurs usines de notre secteur viennent de fermer. Partout en France des emplois disparaissent, des entreprises ferment, victimes de la concurrence déloyale, d'un fiscalisme ahurissant, d'un climat qui se dégrade. Cette économie qui s'effondre est le signe d'un pays qui renonce, d'une autorité de l'Etat en baisse, d'une identité qu'on n'assume plus et de règles qu'on n'ose plus imposer. Dans le Nord de la Moselle, parallèlement aux emplois qui fuient, l'insécurité augmente, des camps de roms se forment, un islam radical se développe, l'immigrationnisme fait son chemin, bousculant la tranquillité des habitants.

 Nous refusons que nos communes deviennent des espaces tiers mondisés, avec leurs camps insalubres, leurs agressions, leur régression sociale et économique. Avec le FN, rétablissons l'ordre et la justice !

 

«Dans moins de trois semaines, on va ouvrir totalement les frontières avec la Roumanie et la Bulgarie où sont encore 10 à 12 millions de Roms" Florian Philippot (10/12/2013)

 

 

Racisme anti-blanc, haine anti-française : ca suffit ! 

 

racisme anti blanc

Grâce aux patriotes le scandaleux concert du « chanteur » Black M à Verdun a été annulé. L'Etat n'avait rien trouvé de mieux pour honorer nos héros qu'un rappeur traitant les Français de mécréants.

Partout en France des concerts et  clips musicaux insultant la France et les Français pullulent, sans réaction des autorités, qui n'ont que la « lutte contre les discriminations » et la culpabilisation des Français à la bouche, eux qui si souvent sont des victimes silencieuses. Il est temps de rendre aux Français leur fierté et de sanctionner les vrais promoteurs de haine.

 

Non à une super intercommunalité Metz-Thionville

 

Non à une super intercommunalité Metz-Thionville

 

Les superstructures en vogue ont pour vocation de détruire les anciennes institutions et les territoires auxquels elles sont rattachés, au profit de l'idéologie du sans frontiérisme, du déracinement et de la rupture identitaire et démocratique.

 

Il est question depuis quelques semaines de la création d'une grande intercommunalité couvrant tout le Nord de la Moselle, de Metz à la frontière luxembourgeoise: de nombreux notables mosellans semblent y adhérer, faisant comme toujours valoir la « visibilité », la nécessité de « se rassembler pour être plus forts », ou autant de formules creuses.

Comme nous le rappelions dans un précédent communiqué, il y a actuellement une mode des superstructures: super commune, super intercommunalité, super région, super Etat, certains croyant que nous serons plus forts en étant plus gros. Si cela est parfois vrai, ça ne l'est pas systématiquement, et des alliance et structures contre nature ne peuvent que nous affaiblir, à partir du moment où elles ne s'appuient pas sur une réalité solide et enracinée : ce n'est pas en enchaînant et en caporalisant des hommes qu'on rend un groupe plus fort.

La réalité est que les communes ont de moins en moins de pouvoir, alors que c'est l'instance démocratique la plus proche des citoyens, que le maire est la figure politique la plus respectée. En faisant les intercommunalités, puis des super-intercommunalités, les communes perdent des pouvoirs, le pouvoir s'éloigne des citoyens, pour se mettre dans on ne sait quelles mains.

Cela vient de plus faire grossir le mille-feuille territorial, déjà gras et consommateur d'argent public ; les pouvoirs d'une telle structure viendrait de surcroît faire doublon à la fois avec les pouvoirs de la commune et du département. Il n'y a aucun intérêt à avoir un tel échelon intermédiaire qui viendrait tout court-circuiter.

Ce projet n'est finalement qu'un vaste projet de communication : que va apporter cet échelon ? Va-t-il ramener les usines et les emplois, lutter contre la disparition des services publics ? Il y a déjà l'Etat, le département et la commune, dont les attributions couvrent la totalité des problématiques d'un territoire.

Il faut que les communes, l'Etat et le département fassent leur travail en menant une politique efficace. Ce sont leurs absences qui font que des problèmes apparaissent, que d'autres échelons essayent de récupérer et font croire de pouvoir résoudre. Les problèmes actuels ne peuvent se résoudre qu'avec l'organisation existante, purgée de ses absurdités créées pour quelques petits barons locaux. L'insécurité se gère au niveau de l'Etat et de la commune, les services publics au niveau du département, de la commune et de l'Etat, la concurrence déloyale au niveau de l'Etat, etc.

Notre pays ne souffre pas d'un manque d'instances, il souffre d'un manque de volonté et de mauvais choix prix à tous les niveaux de décision. Il faut restaurer la volonté politique par le biais des institutions existantes et reconnues et non les dynamiter à petit feu, car le risque est de les décrédibiliser et de plonger le pays un peu plus dans le désordre et la misère. Tout développement économique et social nécessite un ordre politique. Quel est le projet fou de demain ? Une super-intercommunalités/super région à cheval sur 2, 3 ou 4 pays, au détriment de la souveraineté et de l'identité françaises ?

 

Anne Grommerch: une adversaire digne, une femme courageuse

 
 
Nous apprenons aujourd'hui le décès d'Anne Grommerch. Nous saluons chez elle la femme engagée et combative, la militante et l'adversaire digne qu'elle a toujours été lorsque nous nous sommes affrontés, durant les campagnes électorales et dans les assemblées.
C'est aussi une mère qui est partie: nos pensées et nos prières vont à sa famille.
 
 
 
 
 
 
 

Cambriolage à Veymerange : réaction du FN et d'Hervé Hoff

 

Réaction du FN Thionville aux cambriolages de Veymerange : la peur doit changer de camps !

logo fn

Il y a quelques jours a eu lieu à Veymerange un odieux cambriolage. Alertés par une habitante, les policiers ont rapidement interpellé les responsables, mais une administration a préféré les relâcher dans la nature. Les cambrioleurs sont étrangers, habitent en Belgique, avaient une voiture luxembourgeoise et venaient agresser chez eux d'honnêtes Français : voilà une belle illustration de cette union européenne que l'on essaye de nous vendre.

Le laxisme doit cesser : le peuple français a le droit de vivre tranquillement chez lui, et l'Etat doit mettre les moyens pour traquer le crime et punir les délinquants. L'insécurité explose depuis des décennies, les criminels se promènent en liberté, l'Etat refuse de se doter d'une vraie politique globale pour renforcer son autorité : construction de places de prison, ordres clairs à la police, frontières, cadre juridique pragmatique, etc. Plutôt que de faire cela, nous avons des ministres de la Justice idéologiques préférant s'en prendre à la famille, à la liberté d'expression des Français ou qui font de l'angélisme vis-à-vis des « chances pour la France ».

Si le pouvoir en place ne se ressaisit pas et ne lutte pas sans relâche contre le crime, contre les atteintes à la propriété privée, contre les injustices dont sont victimes tant de Français, alors nous allons droit à la décomposition et à l'explosion de notre société et de notre nation. L'ordre, notamment dans les petites communes trop souvent abandonnées, doit revenir au plus vite.

 

Vente de Tata Steel Hayange - réaction du FN Thionville

 

Vente de l'usine Tata de Hayange : arrêter d'être spectateur de la mort de l'industrie française 

 
Réaction d'Hervé Hoff à la vente de l'usine Tata Steel, dernier fleuron des usines Wendel et fierté nationale dans la fabrication des rails de chemin de fer, au fonds d'investissements Greybull Capital annoncé ce mardi 12 avril dans la presse.
 

Afficher l'image d'origineAprès l'annonce de la fermeture définitive de l'ultime usine sidérurgique Akers dans la fabrication de cylindres de laminoirs employant deux cents personnes, c'est au tour de l'usine hayangeoise de se faire manger dans le jeu mondial du Monopoly, jeu qui sacrifie trop souvent les économies réelles et les facteurs de production au profit d'une financiarisation de plus en plus poussée.

Au nom de cette rentabilité de court terme pour les actionnaires et de la main mise sur les process de fabrication, rien ne pourra à l'avenir empêcher la délocalisation de cette unité.

Le FN dénonce ce rachat pour la sauvegarde de l'emploi, de la matière grise garante de notre indépendance, d'autant que d'importants contrats nationaux avec la SNCF avaient été signés ou étaient en passe de l'être. On s'étonne par ailleurs de l'absence de réactions de nos élus et surtout de l'ancien défenseur médiatique Edouard Martin. Pendant ce temps, l'industrie française et européenne continue de s'enfoncer et de disparaître. Le Front national entend défendre un Etat stratège et gendarme au service de l'industrie française et de l'emploi: tel est le rôle d'une grande puissance industrielle.