Christianophobie à Yutz : le scandale ne doit pas rester impuni !

 

Christianophobie à Yutz : le scandale ne doit pas rester impuni ! 

 

L'Eglise Saint Nicolas de Yutz a ces derniers  jours été taguée de manière lâche et insupportable.

Ceci est une grave atteinte à un lieu de culte, particulièrement à un lieu de culte chrétien, qui semble être la cible privilégiée des militants de la haine : Femen, anarchistes, antifa, etc.

En agissant de la sorte, ces gens insultent l'Eglise, les Chrétiens, s'en prennent à la France et à son Histoire et se font les agents du désordre à une heure où nous vivons une grave crise identitaire et sécuritaire.

L'Eglise catholique détient le triste record de la religion française la plus attaquée, qu'il s'agisse d'actes de vandalisme au sein de lieux de culte ou de profanations de cimetières. Nous attendons par conséquent des autorités politiques locales (mairie de Yutz, communauté d'agglomération Porte de France, parlementaires) une réponse forte, ferme, afin de condamner sans réserve cet acte odieux.

Nous exprimons quant à nous notre solidarité à l'Eglise de Moselle et particulièrement aux responsables de la paroisse Saint Nicolas.

 

Lettre d'information Moselle Nord Bleu Marine - février 2017

Retrouvez ICI la lettre au format PDF

 

bannière MNBM

 

LA DEMOCRATIE CONFISQUEE

En 2017, retrouvons le pouvoir

 

brexit fnNotre démocratie est prise en otage. Les sondages s'imposent à l'opinion; le système invoque des cataclysmes en cas de victoire du FN; les médias font de la politique et s'ouvrent bien plus à l'UMPS qu'au FN ; la justice veut choisir à la place des Français et les primaires, elles, recréent un régime des partis.

Cette détérioration de la démocratie s'incarne de même dans la disparition du pouvoir, de la volonté politique tant au niveau local (intercommunalités, super régions) que national (Union européenne, organismes divers). Cette confiscation du pouvoir au profit de structures supranationales, financières, non élues, non garantes du Bien commun mais au service d'idéologies ou d'intérêts privés, remet gravement en question la démocratie, c'est-à-dire le pouvoir du peuple.

Nous sommes des citoyens libres, attachés à la survie de notre pays, nous ne sommes esclaves ni des sondages, ni des idéologies, ni d'intérêts financiers. Voter FN c'est voter pour un retour du pouvoir, de la volonté au service du peuple: respect de la souveraineté nationale face à l'UE, respect des referendums, respect du pouvoir local, respect du pluralisme démocratique dans les syndicats, assemblées, médias, en brisant les féodalités qui prennent en otage la majorité et libérer les énergies. Partout dans le monde les nations sont de retour. Nous incarnons cet espoir d'une renaissance nationale.

 

Retrouvez-nous à notre permanence :

13 rue de Verdun – 57700 Hayange

Mercredi de 18h à 20h - jeudi de 11h à 12h -

samedi de 10h à 12h

 

 

Explosion de l'insécurité dans le thionvillois

Notre territoire sera-t-il le prochain Kosovo ?

 

fn sécuritéGuénange, décembre 2016 : tournage, en pleine rue, d'un clip de rap aux relents communautaristes, faisant l'apologie de la drogue, des armes, de la délinquance et de puissances étrangères, tel un acte de conquête du territoire français, avec le silence coupable des élus locaux ;

Fameck, octobre 2016, et Yutz, janvier 2017: la racaille brûle des poubelles dans les rues françaises ;

Thionville, novembre 2016 : des dizaines de délinquants font une expédition punitive dans la centre culturel « Puzzle » afin d'y semer le chaos ;fn islamiste

Uckange, novembre 2016: des affrontements ethniques sont évités de justesse entre des bandes d'Uckange et de la côte des Roses ;

Uckange, décembre 2016 – janvier 2017 : des contrôleurs de la SNCF sont agressés et menacés de mort ;

Thionville, Terville, Yutz, automne 2016 : des campements sauvages de « gens du voyage » s'installent partout dans le secteur.

 

Face au délitement du pays, au désordre et à l'intimidation imposés par la racaille, à l'islamisation forcée de notre territoire et de la France, il est temps de restaurer la sécurité et la justice, de défendre l'identité française, sans quoi aucun développement économique ni progrès social n'est possible.

 

 

Tribune libre

 

Violence sociale : le gouvernement remet en question l'égalité de l'accès aux soins pour tous.

 

Sous prétexte d'une mesure sociale, dans un contexte pré-électoral, le ministre de la santé Marisol Touraine continue de saper le système de santé français :

Elle a le projet imminent d'imposer de façon unilatérale le tarif des soins bucco-dentaires et le plafonnement des prothèses, sans cohérence avec les coûts réels de leur fabrication et réalisation.

Ces tarifs sont déjà actuellement les plus bas d'Europe,  et leur plafonnement mettrait directement en danger la rentabilité des cabinets dentaires français: obligation de réduire le temps passé à la réalisation de l'acte, achat de matériels et prothèses asiatiques, diminution de la qualité, voire faillite pure et simple des cabinets, au profit des centres bon marché gérés par les financiers dont on connaît les pratiques scandaleuses...

N'ayant plus de travail, les laboratoires de prothèse dentaire français fermeront, et non seulement la filière dentaire sera sinistrée avec une perte sèche de 45 000 emplois, mais il en résultera une inégalité de l'accès aux soins et l'évolution vers un système de santé à 3 vitesses :

- pour les plus démunis, une possibilité d'accès aux soins de base articulée autour de structures gérées par des associations humanitaires ou des centres hospitalo-universitaires.

- pour le plus grand nombre, des centres de soins gérés par les organismes mutualistes auxquels ils sont affiliés de force en raison du contrat d'entreprise qui prévaut depuis le 1er janvier 2016; ou pire des cabinets individuels inféodés à ces mêmes mutuelles, et dans les 2 cas la fin du libre choix du praticien par le patient, quels qu'en soient les critères. 

- pour les plus fortunés,  des cabinets libéraux aux prestations haut de gamme, déconventionnés c'est à dire fonctionnant hors du cadre de la Sécurité sociale, libres d'appliquer les honoraires qu'ils souhaitent, sans que les patients puissent bénéficier de remboursement. 

Le gouvernement se trompe de direction et remet en question l'égalité de l'accès aux soins pour tous.

Le signal envoyé est même très négatif car il sonne le glas des professions libérales. 

La prévention et la responsabilisation des patients comme acteurs majeurs de leur propre santé est l'axe principal sur lequel nos dirigeants politiques doivent se focaliser.