Vente de Tata Steel Hayange - réaction du FN Thionville

Ajouter à vos favoris

 

Vente de l'usine Tata de Hayange : arrêter d'être spectateur de la mort de l'industrie française 

 
Réaction d'Hervé Hoff à la vente de l'usine Tata Steel, dernier fleuron des usines Wendel et fierté nationale dans la fabrication des rails de chemin de fer, au fonds d'investissements Greybull Capital annoncé ce mardi 12 avril dans la presse.
 

Afficher l'image d'origineAprès l'annonce de la fermeture définitive de l'ultime usine sidérurgique Akers dans la fabrication de cylindres de laminoirs employant deux cents personnes, c'est au tour de l'usine hayangeoise de se faire manger dans le jeu mondial du Monopoly, jeu qui sacrifie trop souvent les économies réelles et les facteurs de production au profit d'une financiarisation de plus en plus poussée.

Au nom de cette rentabilité de court terme pour les actionnaires et de la main mise sur les process de fabrication, rien ne pourra à l'avenir empêcher la délocalisation de cette unité.

Le FN dénonce ce rachat pour la sauvegarde de l'emploi, de la matière grise garante de notre indépendance, d'autant que d'importants contrats nationaux avec la SNCF avaient été signés ou étaient en passe de l'être. On s'étonne par ailleurs de l'absence de réactions de nos élus et surtout de l'ancien défenseur médiatique Edouard Martin. Pendant ce temps, l'industrie française et européenne continue de s'enfoncer et de disparaître. Le Front national entend défendre un Etat stratège et gendarme au service de l'industrie française et de l'emploi: tel est le rôle d'une grande puissance industrielle.